Les médicaments du sevrage tabagique

Publié le : 11 juin 20184 mins de lecture

Les médicaments du sevrage tabagique aident à arrêter le tabac sans pour autant souffrir des effets de sevrage tels que l’irritabilité, le stress, les envies de grignoter et les troubles émotionnels. Il existe plusieurs types de médicaments du sevrage. Certains sont livrés sans ordonnance, tandis que d’autres sont sous prescriptions médicales.

Les substituts nicotiniques

Les substituts nicotiniques agissent en compensation du manque de nicotine ressenti par une personne lors de l’arrêt au tabac. Ils permettent de soulager les signes de sevrage à l’exemple de l’irritabilité, de l’insomnie, de l’envie de grignoter et de la déstabilisation émotionnelle. Il existe plusieurs types de substituts nicotiniques, pour ne citer que la gomme à mâcher, le timbre, le comprimé, le patch et l’inhalateur. Toutes les formes de substitut nicotinique ont à peu près la même efficacité à dose équivalente. Toutefois, certains substituts peuvent engendrer des effets indésirables comme la palpitation, l’insomnie et les maux de tête. Toutefois, il est recommandé de consulter un médecin spécialiste en cas de persistance des effets secondaires.

Le bupropion

Le bupropion fait aussi partie des médicaments du sevrage tabagique. Comme les substituts nicotiniques, il agit dans le but de faciliter l’arrêt du tabac et de calmer les symptômes de sevrage. Auparavant, le bupropion était seulement utilisé aux États-Unis à titre d’antidépresseur. Après des résultats efficaces à l’arrêt du tabac, notamment la diminution de l’envie de fumer, il a été qualifié de médicament du sevrage tabagique. En France, ce médicament est connu sous le nom de Zyban Lp. Le bupropion est livré sur ordonnance. Ainsi, ses prises doivent faire l’objet d’un avis médical. Ce médicament peut entraîner des effets indésirables comme l’insomnie, la constipation, les troubles de la digestion, la démangeaison, l’éruption cutanée, la bouche sèche et les allergies.

La varénicline

Parmi les médicaments du sevrage tabagique, il y a aussi la varénicline. En France, cette dernière est connue sous le nom de Champix. Une fois introduite dans l’organisme, la varénicline se lie avec les récepteurs à la nicotine. Elle est très efficace pour lutter contre les symptômes de sevrage, dont les envies de fumer ou de grignoter et les troubles émotionnels. La varénicline présente des effets indésirables, dont les plus fréquents sont les maux de tête, les nausées, l’insomnie et les hallucinations. En cas de modification de comportement en états dépressifs ou idées suicidaires, le traitement du sevrage tabagique avec la varénicline doit être interrompu dans l’immédiat et la consultation d’un spécialiste de santé est fortement recommandée dans ce cas là. À part ces médicaments cités précédemment, d’autres médicaments contenant du nicotinamide peuvent être utilisés en traitement du sevrage tabagique. L’avis d’un médecin est toujours conseillé.

Plan du site