Les patchs dopent la lutte anti-tabac

Publié le : 11 juin 20183 mins de lecture

Pour soutenir la lutte contre le tabagisme et favoriser l’arrêt du tabac en France, le gouvernement français a mis en place une nouvelle mesure de prévention : remboursement par la Sécurité Sociale des patchs et des autres substituts anti-tabac. Selon des analyses fiables, les patchs seraient des moyens efficaces pour l’arrêt du tabac.

Les patchs anti-tabac

Les patchs sont des médicaments anti-tabac. Ils sont à appliquer sur la peau. Les patchs diffusent de la nicotine sur la peau et calment efficacement le sevrage tabagique. Plusieurs études ont démontrées l’efficacité des patchs pour l’arrêt du tabac. Ainsi, pour encourager les fumeurs à arrêter le tabac, le gouvernement a pris une mesure favorisant la lutte anti tabac. Désormais, les substituts de nicotine, y compris les patchs, sont remboursés à 65% par la Sécurité Sociale. Le but étant de faciliter l’arrêt au tabac. Cette mesure vient en remplacement du forfait d’aide au sevrage tabagique qui a pris effet en 2016.

Les avantages des patchs

D’après les études effectuées, le patch anti tabac présente de nombreux avantages dans la lutte anti tabac. Sachez que les patchs sont très efficaces pour calmer les signes de manque qui surviennent le matin. Aussi, leur diffusion de nicotine sur la peau est plus lent comparé à celle des comprimés. De ce fait, les effets restent plus constants toute la journée. Les patchs anti-tabac soulagent mieux l’irritabilité, le stress et les envies de grignoter. De plus, ils freinent efficacement les envies de fumer. En outre, les patchs anti-tabac peuvent être combiner avec d’autres médicaments anti-tabac (gommes, microtab de nicotine, etc.). Cependant, les patchs peuvent entraîner des effets indésirables comme les démangeaisons, les rougeurs et l’insomnie. Ces effets secondaires peuvent pourtant disparaitre au fil du temps. Toutefois, il est recommandé de consulter régulièrement son médecin traitant en cas suspicieux.

Les patchs au premier rang pour la lutte contre le tabac

Selon des données statistiques, dans plus de 90% des cas d’arrêt au tabac, les médecins et pharmaciens recommandent le patch anti-tabac. En France, le tabagisme engendre 60 000 décès par année. Plus d’un tiers des Français sont fumeurs. Plus de 70% des décès causés par le tabagisme dans le monde sont issus des pays développés. Avant d’utiliser des patchs, il est nécessaire de mesurer son niveau de dépendance à la nicotine. En cela dépend les doses et la durée de traitement. Celle-ci varie en moyenne de 8 à 12 semaines. Toutefois, cette durée peut augmenter en fonction du degré de dépendance au tabagisme. Avant de suivre un traitement anti tabac avec des patchs, il est recommandé de consulter un médecin tabacologue. Ce dernier saura vous accompagner tout au long de la thérapie.

Plan du site